· 

Test du Canon EF 24-105 mm f/4 L IS USM


Canon EF 24-105 mm f/4 L IS USM


Intro

Cet objectif est certainement l'un des plus célèbres de la gamme Canon. C'est l'objectif standard des appareils Full Frame de la gamme EOS. Les 5D et 6D en sont généralement dotés. Pourtant, comme tous les objectifs à tout faire, il y a là une histoire de compromis. Cela fait longtemps que je voulais le passer en test, ce fut fait cet été. Voici le résultat. Nous le comparerons bien entendu à son concurrent direct, le Sigma 24-105mm Art f/4.0 OS HSM  (test à lire ici).

Mon avis sur les caractéristiques techniques

 

Cet objectif est de premier abord assez volumineux pour qui vient directement du monde APS-C, mais pour du full frame, le volume est plutôt bien maitrisé. Il faut associer cela à un poids de 670g tout à fait honorable (le Sigma atteint les 900g !). Pour l'encombrement, la longueur est de 11cm quand il est replié. Notez qu'il s'allonge quand on est à 105mm.

 Vous trouverez tous les chiffres chez LensTip :  caractéristiques du Canon EF 24-105 L f/4.0 USM

 

Le range :  on peut ici reprendre les notes du Sigma. 24mm, on est au grand angle (sur un full frame), à 105mm on est dans le monde du téléobjectif. Donc pour les paysages, pour les reportages de rue ou pour le portrait, cet objectif a la bonne plage de focale et c'est bien là sa plus belle promesse tenue.

 

L'ouverture :   et voilà le premier compromis... Ouverture à f/4.0. Définitivement, je trouve cela bridant. Est-ce une question d'habitude, ou une réelle limitation à ma créativité ? Je n'aime pas ne pas pouvoir aller jusqu'à f/2.8 ! Alors certes, en faible lumière, la stabilisation permet de compenser, mais pour le bokeh, pour faire du portrait, tout cela va manquer un peu de relief, et il faudra ouvrir en grand à 105mm pour pouvoir un arrière plan flouté.

 

L'autofocus :  l'USM est toujours aussi bon. De ce point de vue, le Canon nous fait une belle prestation. La bague de mise au point permanente permet aussi de se sentir à l'aise dans la prise en main, la bague ne tourne pas pendant la mise au point (contrairement à la focale fixe Sigma 50mm macro).

 

La distance mini de mise au point :  45cm. rapport 1:4,3. On ne fera pas de proxiphoto et encore moins de macro, et on se retrouve dans une situation identique au Sigma. Pas mieux, pas pire. Personnellement, c'est une des limitations à laquelle je me bute régulièrement, et le côté couteau-suisse qui a toujours été mis en avant pour cet objectif prend ici un sérieux coup dans l'aile. A l'usage, sur l'EOS 5d mark IV (test à lire ici), le Sigma 50mm f/2.8 Ex DG Macro (test à lire ici) me limite beaucoup moins, à cause de cette capacité à s'approcher quasiment à toucher la lentille frontale.

 

La stabilisation :  Elle est efficace et invisible à la mise au point. LensTip la mesure à 3.5 eV ce qui est plutôt pas mal pour un objectif de conception relativement vieille maintenant. Le Sigma sorti bien plus récemment ne fait pas mieux.

 

La distorsion : plus de -4% à 24mm, c'est beaucoup, on bascule à +0,8% à 40mm pour atteindre +1,5% à 105mm. L'amplitude de la distorsion et de son évolution en fonction de la focale est quand même très importante et est un petit défaut, même si cela se corrige. Pour l'architecture, à 24mm, en tout cas, c'est de trop. Pour comparer, le Sigma 24-105 Art fait un peu mieux à 24mm mais un peu moins bien à 105mm...

Mon avis sur la qualité optique

Nous allons décortiquer les images tests focale par focale. Lenstip obtient de bons résultats lors de leurs tests avec un score d'environ 42 lpmm au centre dès la pleine ouverture pour toutes les focales sauf à 105mm où c'est nettement plus bas. Sur les bords, c'est plus disparate, avec des courbes moins faciles à analyser (voir le test de lenstip ici). Pour DXO, les scores sont plus moyens avec un DXO Mark de 20 et un piqué à 15 (sur 5DIII). Pour rappel, le Sigma est à 24 et 20 respectivement. Alors, jugeons par nous même sur les photos tests. Elles sont réalisées avec le 5DIV.

 

Commençons par le grand angle, à 24mm, à pleine ouverture c'est plutôt mou au centre (voir les crop100) et sur les bords, ça bave dur ! L'image n'est pas pour autant mauvaise, mais on voit clairement que nous ne sommes pas en présence du meilleur des piqués. Bien entendu, en fermant, cela s'améliore et à f/11, c'est plutôt correct au centre et tout à fait acceptable sur les bords.

 

Passons à 50mm.  Ici, clairement, le piqué est de bien meilleure tenue. C'est encore un peu mou à pleine ouverture (f/4.0), mais en fermant, le piqué est plutôt bon. Les crop100 au centre le démontre, et même sur les bords, la qualité est très acceptable.

 

Dernière focale analysée, le 105mm. Toujours un peu mou à pleine ouverture (mais c'est très exploitable), les bords semblent de bien meilleure qualité. En fermant, là encore on a un résultat plutôt très bon.

Pour info les images tests à 35mm et à 70mm donnent les mêmes tendances, avec le 35mm plus proche des résultats à 50mm que de ceux à 24mm.

 

Pour conclure cette analyse, le piqué est bon, mais on a vu mieux. A pleine ouverture, il a un peu de mal, mais en fermant cela devient bien meilleur. Alors, on a toujours tendance à dire cela, il faut fermer un peu... Mais attention, nous sommes ici en présence d'un objectif qui ouvre déjà peu, et il faudra aller jusqu'à f/5.6 voire f/8 pour tirer le meilleur de ce Canon 24-105, ce qui va limiter et son usage (en particulier en faible lumière) et plus généralement les possibilités créatrices.

 

Pour une fois, mes tests ne semblent pas tout à fait en accord avec ceux de Lenstip. Une explication peut être le capteur du 5DIV qui est plus exigeant que le vieux 5D qui semble avoir été utilisé en 2010 pour leur test. Dxo et Photozone qui le teste sur un 5DII est plus en phase avec mes résultats avec seulement un 3/5 en qualité optique. C'est donc un bon objectif, mais on ne peut pas le qualifier d'excellent.

 

Passons maintenant au vignetage... Et bien il est très présent, et en petite focale (24mm), on le retrouve même à toutes les ouvertures. Il sera moins présent à 105mm, ce qui est logique. Je vous rappelle que le vignetage est lié à un effet de bord de l'optique (ombrage du fût) et qu'en mode télé-objectif, cet effet est moins présent puisque on utilise plutôt le milieu des lentilles.

 

On distingue parfaitement sur les clichés ci-dessous les coins des l'image plus sombres. Alors, certes, le vignetage se corrige très bien, mais il y a là un défaut non négligeable pour la qualité optique.

 

Nous finissons ces images tests avec le bokeh max que l'on peut obtenir. Comme avec le Sigma 24-105 Art f/4.0. La distance mini de mise au point est relativement importante et cela pénalise le bokeh. Bien entendu, la pleine ouverture à f/4.0 n'arrange rien. Il reste qu'à 105mm, on aura quand même un résultat correct. Mais bon, en terme de créativité, on sera vite limité.

 

Sortis des tests, l'impression n'est pas si mauvaise et l'on peut aisément réaliser des photos propres. Mais globalement, le manque global d'homogénéité se fait sentir avec des photos qui manquent souvent de croustillant. Les photos sont classées par focale et ouverture croissantes.

Le match : contre le Sigma 24-105mm Art f/4.0 OS HSM et Sigma 50mm f/2.8 Ex DG Macro

Il est donc temps de comparer ces deux objectifs si proches en terme de caractéristiques. Les autres sites de tests donnent clairement l'avantage au Sigma. Nous en profiterons aussi pour le mettre en concurrence avec la focale fixe 50mm de Sigma.

 

Je redonne les liens concernant les tests de ces deux alternatives :

- Test du Sigma 24-105mm Art f/4.0 OS HSM à lire ici

- Test du Sigma 50mm f/2.8 Ex DG Macro à lire ici

 

Voyons donc cela de plus près :

 

Commençons ce comparatif à 24mm. La première surprise, c'est que le 24 chez Sigma est moins large que chez Canon... Donc avantage à Canon pour le grand angle !

 

Pour les crop100, attention, le Sigma avait été testé sur 5DIII, le Canon étant monté sur un 5DIV, il est logique que les images cropées soient plus grossies (cela est lié au nombre de pixels plus important sur le 5DIV). De ce point de vue, il faut aussi penser que le capteur du 5DIV est un peu plus exigeant (ses photo-sites étant plus petits que ceux du 5DIII) et que cela a tendance à désavantager un peu le Canon en théorie. Toutefois, ayant comparé quelques tests faits en 5DIII et 5DIV pour quelques objectifs, la différence ne m'a pas sautée aux yeux., et cela n'a pas remis en cause mes conclusions.

 

Sur les images de ce comparatif, il est assez clair que le Sigma est plus piqué, notamment à pleine ouverture et sur le bord de l'image. Donc à 24mm, gros avantage pour le Sigma, même si il est un peu moins grand angle...

 

50mm, la focale standard par excellence : ici, la différence est moins flagrante qu'à 24mm, mais le piqué est tout de même supérieur sur le Sigma 24-105, mais également sur le vieux 50mm macro que je vous propose par la même occasion de comparer. En effet, c'est quand même ce vieil objectif qui remplace les 24-105 dans mon sac !

 

Il reste le téléobjectif à 105mm. A pleine ouverture, il n'y a pas de match, le Sigma est largement au dessus. Quand on ferme, c'est moins évident, et comme nous l'avions constaté sur les premières analyses, c'est bien à 105mm que le Canon se tient le mieux de mon avis, même si les testeurs plus pros que moi (lenstip et photozone) ne sont pas de cet avis !

 

Pour le vignetage, c'était l'un des plus gros défaut que nous avions relevé sur le Sigma, cela se confirme ici, le Canon s'en sort mieux. Seul le Sigma 50mm f/2.8 Ex DG Macro s'en sort réellement mieux, mais c'est aussi l'un des avantages des focales fixes.

 

Conclusion de ce match : victoire sans contestation du Sigma 24-105mm Art pour le piqué et globalement pour homogénéité de l'image produite. On notera toutefois que plus on ferme et plus on augmente la focale et moins l'écart est grand. Si on compare le piqué du Canon à celui du Sigma 50mm Macro, il est également indéniablement battu.

 

 

Mon avis sur le terrain

J'ai passé un peu de temps sur le terrain avec cet objectif, et à plusieurs reprises. Je n'ai jamais réussi à m'approprier cet objectif. Il est pourtant facile à vivre et il est loin d'être mauvais. Il est léger (pour du Full Frame) et pas trop encombrant. En reportage, pas besoin de changer d'objectif toutes les 5 minutes.

 

Alors pourquoi ne me séduit-il pas plus ? Et bien, il y a ces petits défauts (comme l'ouverture à f/4.0). Et puis il y a plus embêtant, c'est le manque de personnalité du rendu. C'est propre, mais pas éclatant. C'est net, mais ça pique pas. C'est bien un couteau-suisse, bien adapté à la plupart des situations, mais qui cuisine avec un couteau-suisse ? Alors en étant très très caricatural, on fait des prises de vues plutôt réussies, mais fait-on vraiment de la photo ? Bien entendu, cette question est très exagérée, mais elle a l'avantage de poser le problème d'un tel objectif, de son utilisation réelle et de l'adéquation avec la pratique du photographe qui le possède.

 

Pour finir, je trouve que le rendu est trop fade, avec trop peu de relief. C'est là que le petit Sigma 50mm macro sort son épingle du jeu. A vivre sur le terrain, je préfère ce petit objectif léger, qui ne coute presque rien mais qui me fait des photos qui flattent mon oeil, couvrant toute la profondeur de champ de mon oeil, de quelques cm à l'infini, ouvrant jusqu'à f/2.8 et fermant jusqu'au chiffre record de f/45 (et c'est exploitable jusqu'à f/32 !). N'est-ce pas cela le véritable couteau-suisse du photographe ?

 

Ma conclusion

Comment conclure un tel test. D'abord, je comprends aisément ce qui a fait son succès. Relativement abordable, sans concurrent pendant des années, d'une versatilité sans égale. C'est l'objectif à tout faire, celui qu'il faut forcément avoir dans son sac pense-t-on si facilement... C'est là que l'on se trompe...
On place trop souvent le range en priorité lors de nos choix d'objectifs, je crois de plus en plus que l'on se trompe. Le nombre de pixels des appareils autorise aujourd'hui des recadrages importants permettant de compenser le manque de zoom. Non, ce qui est primordial pour rendre en image l'intention du photographe, ce sont bien les autres paramètres, la plage d'ouverture et la distance mini de mise au point, et bien sûr le piqué. Et dans ces paramètres, le Canon EF 24-105mm f/4.0 L IS USM n'est clairement pas le meilleur des candidats.
Alors, je me répète, mais oui le Canon EF 24-105mm f/4.0 L IS USM est un objectif super facile à utiliser, souvent adapté à la photo que l'on va vouloir prendre. Bref, c'est un super compagnon de reportage, mais pour la créativité ou pour exploiter ce qu'un boitier Full Frame peut faire, là je le trouve très inadapté.... C'est là le paradoxe de la photographie. Si on veut juste faire des photos d'anniversaire ou de souvenirs de voyage, il est parfait, mais investit-on sur un boitier semi pro comme le 5D ? Et oui, c'est le cas parfois, et je ne juge d'ailleurs nullement les photographes de ce type. Chacun sa pratique, chacun son plaisir. Cet objectif a donc légitimement ses adeptes.
En ce qui me concerne, il est bien sur le boitier, j'aime bien l'utiliser, mais au dématriçage des fichiers, je suis souvent déçu. C'est pourquoi, il n'est pas dans mon sac ! C'est un objectif bon à tout, mais excellent en rien...
Alors tout le monde doit-il se tourner vers la concurrence, vers le Sigma de mêmes caractéristiques ? Et bien pas si sûr. Si l'on veut garder la versatilité de la prise de vue, oui, il ne faut pas hésiter et se précipiter vers le Sigma. Mais attention, il pèse 300g de plus et devient fatiguant autour du coup sur une longue période de randonnée. De plus, son tarif n'est pas du tout le même (600€ en occasion contre 400€ pour le Canon). Voilà pourquoi, j'ai fini par délaisser ces objectifs qu'il faut forcément avoir dans son sac, pour lui préférer un improbable vieil objectif qui n'est plus fabriqué depuis longtemps, le Sigma 50mm f/2.8 Ex DG Macro !
Donc, si vous cherchez un objectif à tout faire, pas trop cher, stabilisé, le Canon EF 24-105mm f/4.0 L IS USM est fait pour vous, mais soyez conscient de ce qu'il est capable de vous offrir et n'en attendez pas plus. Mais en tout dernier mot, ce qu'il offre n'est déjà pas si mal !

Quelques photos prises avec le Canon EF 24-105mm f/4.0 L IS USM,
Les photos sont classées par focale et ouverture croissantes.


pour résumer...


Le Canon EF 24-105mm f/4.0 L IS USM

Ce que j'ai adoré

- le range

 

 

Ce qui est bien

- l'autofocus

- Le poids


Ce que j'ai détesté

- rien

 

 

Ce qui n'est pas terrible

- l'ouverture à f/4.0

- Le piqué à pleine ouverture et à 24mm

- Le rendu des image un peu plat

 

Objectifs testés que je préfère à celui-ci

- Sigma 50mm f/2.8 Ex DG Macro ( test à lire ici )

- Sigma 24-105mm ART f/4.0 OS HSM ( test à lire ici )

 


Retrouvez les tests complets des autres sites sur le Canon EF 24-105mm f/4.0 L IS USM :

 

testé chez LensTip

testé chez Photozone

testé chez SL-Gear

 Ces tests peuvent aussi vous intéresser

 

Test du Sigma 50 mm f/2.8 EX DG Macro

Test de l'objectif Sigma 50 mm f/2.8 EX DG Macro. L'avis de Béanico.

 

Test du Canon EF 17-40 mm f/4.0 L USM

Test de l'objectif Canon EF 17-40 mm f/4.0L USM. L'avis de Béanico.

 

Test du Sigma A 24-105 mm f/4 DG OS HSM

Test de l'objectif Sigma 24-105 A f/4 DG OS HSM en monture Canon EF. L'avis de Béanico.

 

Test du Canon EF 100 mm f/2.8 L Macro IS USM

Test de l'objectif Canon EF 100 mm f/2.8 L Macro IS USM. L'avis de Béanico.

   

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Alex (lundi, 08 juillet 2019 23:07)

    Bonjour Beanico,

    Pas tout à fait d'accord avec toi sur le fait de donner plus d'importance sur la distance de MaP et encore moins sur le piqué, la plupart du temps les objectifs ont une distance de MaP suffisante pour la majorité des sujets (un macro comme le 50mm Sigma fait la MaP à 19cm, à moins de se spécialiser là-dedans les sujets qu'on regarde à cette distance sont rares, pour l'ouverture entre le 50 à f/2.8 et le 24-105 f/4 à 50mm et f/4 à 45cm de distance, distance mini du 24-105, la différence de PDC est de 5mm ça fait pas beaucoup et surtout dans combien de cas ça va faire la différence entre une photo réussie et une photo ratée) et pour le piqué à part toi quand tu traites tes images (à 100% pour bien voir les changements, évidemment ^^) ou quand tu affiches des crops 100% pour illustrer un test quasiment personne ne verra ce que tu as vu. A mon avis la question que devrait se poser plus de photographes, après celle de la photo ratée vs la photo réussie, c'est "est-ce que pour ses images ça vaut le coup de permettre de voir un éventuel manque de piqué et de trimballer un fichier de 30MP plus lourd alors que les réduire à 12MP suffira déjà et prendra moins de place?".
    Pour le fait de recadrer grâce aux pixels, je viens d'avoir une discussion sur une vidéo youtube à ce sujet, on oublie souvent une chose: si effectivement le fait de zoomer avec ses pieds est faux parce qu'on n'aura plus les mêmes perspectives, le fait de zoomer en recadrant est également faux parce qu'on n'aura plus la même profondeur de champ. L'un des intérêts du zoom est donc de permettre les 2 choses sur un seul objectif.
    Un autre paradoxe de la photo actuellement c'est aussi que investir dans un 5D et un 24-105 f/4, grâce aux renouvellements et au marché de l'occasion, permet de s'équiper en FF pour le même prix voir parfois moins cher qu'en APS-C dans certaines marques comme Fuji ou en mFT.
    Au final ça dépend du photographe, celui qui a besoin de couvrir plusieurs focales et n'a pas les moyens ou l'envie de se trimballer plusieurs focales fixes a toutes les raisons de mettre le range en priorité, celui qui ne photographie que des sujets lointains n'a pas de raison de mettre la distance de MaP en priorité, celui qui n'imprime qu'en A4 ou shoote en jpeg et regarde ses photos sur un écran FHD sans jamais cropper n'a pas besoin de mettre le piqué en priorité...bon j'arrête les exemples lol mais ce "on" qui shoote comme ça, et ils sont nombreux, ne se trompe pas en prenant en priorité un 24-105 f/4 plutôt qu'un 50 f/2.8 macro (ou autre hein, je reprends celui dont tu parles mais pareil avec un 14 f/1.8 ou 300 f/4).

  • #2

    Beanico (vendredi, 12 juillet 2019 08:46)

    Bonjour Alex,

    Je suis globalement d'accord avec tes propos (comme souvent) et ma conclusion n'est pas très éloignée de cela d'ailleurs. Mais à l'usage, il n'empêche que je n'ai pas gardé cet objectif dans mon sac et il est bien important de préciser les raisons de mon choix. Donc, oui pour moi, le range n'est plus du tout la priorité et cet objectif a pas mal de petits défauts qui m'ont toujours laissé sur ma faim. J'espère dans l'été pouvoir compléter d'autres tests d'objectifs standards, tests qui viendront confirmer les conclusions de celui-ci. Cordialement.