· 

Test du Tamron SP AF 180 mm f/3.5 Di LD (IF) Macro

Tamron SP AF 180 mm f/3.5 Di LD (IF) Macro


Intro

Voici le premier test d'une série de 4 objectifs macro de focale 180mm. Nous commençons par le Tamron SP AF 180 mm f/3.5 Di LD (IF) Macro. En fait c'est le premier que j'ai eu en mains et c'est aussi le moins cher des quatre. Ce n'est pas pour autant le moins intéressant du lot !

 

Un 180 mm en macro est un choix un peu particulier. La focale aux alentour des 100mm est la plus commune et on considère souvent que le 180 mm est plutôt réservé à une niche, à quelques utilisateurs passionnés par la macro. En fait, ce n'est pas une focale aussi facile à travailler en macro que le 100mm, mais cela reste un objectif toujours très qualitatif en terme de piqué d'image, comme tous les objectifs macro en général et un objectif apportant quand même quelques nouvelles possibilités en termes créatifs.

 

Alors découvrons ce qui fait de ce Tamron 180 mm macro un objectif attirant.

Mon avis sur les caractéristiques techniques

La première caractéristique d'un objectif 180mm macro est sa taille. C'est un objectif imposant de plus de 16cm de long pour plus de 900g. On est clairement très au dessus des objectifs macro de focale traditionnelle. En fait on est grosso-modo à la taille d'un 70-200, ce qui est assez logique pour un 180 mm.

 

Vous pouvez retrouver toutes les caractéristiques chez LensTip :  Tamron 180 mm f/3.5 Macro

 

La focale :  180mm, on se place clairement dans le monde du télé-objectif avec donc cette caractéristique macro en plus. C'est un peu exclusif, mais pour qui aime les longues focales, c'est assez idéal.

 

L'ouverture :  f/3.5, c'est une ouverture peu habituelle. C'est mieux que f/4.0 mais moins bien que f/2.8 ! Voilà j'ai tout dit... en fait tout va dépendre de la capacité en termes de piqué à pleine ouverture.  Parlons aussi de la possibilité de fermer jusqu'à f/32. C'est toujours sympa d'avoir cette possibilité pour un objectif macro.

 

L'autofocus :  là attention, voici le gros point noir ! Nous avons affaire à un micro moteur. Bref c'est lent et bruyant. De plus, ce genre de moteur n'est pas très compatible avec le live view dernière génération ni donc les boitiers hybrides. Cela fonctionne bien sur le Canon Eos 5D4, mais pas sur le Canon Eos RP (ça patine et ne parvient jamais à faire vraiment le point). En  contrepartie, la qualité de la mise au point est de très haut niveau. La bague de mise au point manuelle est large et relativement agréable. J'aime beaucoup le système de débrayage rapide MF/AF qui permet de changer de mode sans quitter la visée.

 

La distance mini de mise au point :  47cm, là clairement, c'est le gros avantage d'un macro 1:1. Pour comparer, un 70-200 tourne aux alentours de 1m de distance mini. C'est très pratique car on se sent moins limité en terme d'usage. Cela amène une versatilité indéniable.

 

La stabilisation :  Pas de stabilisation sur cet objectif. cela manque parfois dans certaines conditions de photo, mais pas forcément en macro où les stabilisations sont moins efficientes. 3 des 4 objectifs 180mm que nous allons explorer n'ont pas non plus de stabilisation.

 

Accessoires fournis : Cet objectif est doté d'un pare-soleil relativement encombrant !

 

A noter :  l'objectif est doté d'une bague permettant de tourner la lentille frontale. Cela ne sert absolument à rien sauf si vous utilisez un filtre qui n'est pas à symétrie circulaire (un polarisant par exemple).

Mon avis sur la qualité optique

C'est un objectif qui jouit d'une certaine renommée, pourtant il a très peu été testé par les grands sites. On trouve un très vieux test (réalisé sur un Canon 350D de 8Mp) sur Photozone... Il le note très bien (4/5 en optique), mais un tel test est-il encore réaliste avec les capteurs d'aujourd'hui ?

 

Le plus simple, c'est donc d'analyser les images tests que j'ai réalisées.

 

 

Ces images se passent de commentaires. C'est du très bon, au plus haut de ce que j'ai pu voir. Le piqué au centre est impressionnant et ce depuis la pleine ouverture. On ne voit pas de différence en fermant. Il est clair qu'à f/32, la diffraction fait son effet, mais cela reste très exploitable et il ne faut pas oublier qu'en proxi-photo, parfois pourvoir fermer à f/32 est utile.

 

Pour le vignetage, c'est plutôt bien maitrisé, même s'il est visible au plus grandes ouvertures. Le bokeh maximum est bien entendu très prononcé, mais la faible profondeur de champ sera parfois plus un défaut qu'un avantage. Le grossissement maximum est très important, mais ne va pas plus loin que les autres objectifs macro 1:1.

 

 

Un tel objectif semble destiné à la macro principalement, mais n'oublions pas que c'est aussi un objectif capable de faire du portrait. Il a la particularité de permettre des rapprochés importants tout en restant à une distance raisonnable du modèle. Le gros plan de l'oeil est fait à un peu plus de 50 cm. Par contre, on voit que le bokeh manque de douceur avec des formes géométriques bien présentes. La qualité du détail est grande. Certains n'aiment pas cela dans les portraits, mais pour moi, c'est plutôt un avantage.

 

 

Ci-dessous quelques exemples :

Mon avis sur le terrain

J'ai beaucoup aimé cet objectif sur le terrain. Je pense qu'il pourrait être toujours dans mon sac s'il était compatible avec les boitiers hybrides. Sur le Canon 5D4 (test à lire ici), il fait merveille si on accepte la lenteur et le bruit de l'autofocus. En randonnée, je regrette son poids et la place qu'il prend dans mon sac, mais dès que je le visse sur le boitier, la magie opère. Ce n'est pas explicable par des données rigoureuses, c’est un ressenti. Et puis, avec le 180mm, cela n'empêche pas de saisir des détails au loin. J'ai beaucoup aimé le point de vue différent du 90mm. Cette longue focale apporte un réel rendu différent. Parfois, pourtant, j'ai trouvé le bokeh peu harmonieux, mais ce n'est pas toujours le cas, cela dépend du fond. Faire du paysage avec est gratifiant aussi avec un bon niveau de détail.

 

Par contre, je le redis, avoir un 180mm macro ne donne pas de possibilités de grossissement supérieures à un 90mm macro. Si le rapport est 1:1, le grossissement maximum sera le même. La différence, c'est la distance au sujet. Dans le cas d'un insecte, le 180mm permet de rester 17 cm plus loin. Cela permet de limiter les chances qu'il s'envole à notre approche. Par contre, cet éloignement a un un revers, la profondeur de champ est plus limitée. Il est donc souvent nécessaire de fermer un peu plus un 180mm qu'un 90mm pour avoir tout l'objet dans la zone de netteté. Cela impose un vitesse réduite et comme en plus, il n'y a pas de stabilisation...

 

Bref, un 180mm macro ne remplace pas un 90 ou 100mm macro, il le complète. Il amène de nouvelles possibilités, de nouveaux points de vue, mais il n'est pas exempt de défauts.

 

Les matchs

à venir avec les autres tests des 3 autres 180mm macro...

 

 

Quelques photos prises avec le Tamron SP AF 180 mm f/3.5 Di LD (IF) Macro :

 

Ma conclusion

Il s'agit donc ici d'un vieil objectif que l'on ne pourra plus trouver en neuf. En occasion, avec un peu de patience, on parvient à en trouver à des prix très très raisonnables. Ce Tamron 180mm donne de très beaux clichés et c'est un objectif où l'on prend son temps (à cause de son AF). Cela change aussi sa pratique photo et j'ai adoré faire un peu de chemin avec lui. Malheureusement, attention, son AF hors d'âge est  incompatible avec les boitiers hybrides.
En dehors de cela, c'est un bon investissement, largement le moins cher des 180mm macro (mêrme si le Sigma 180 mm f/3.5 HSM n'est pas si loin). Bien entendu, la question de savoir si vous avez besoin d'un 180mm macro vous est personnelle. Je ne pense pas que ce soit le bon objectif pour débuter la macro, mais c'est un indéniable compagnon créatif à ajouter dans son sac, si on a la place et si le poids n'est pas un frein pour vous.

Retrouvez les tests complets des autres sites sur cet objectif :

 

Le Tamron SP AF 180 mm f/3.5 Di LD (IF) Macro :

testé chez Photozone

Écrire commentaire

Commentaires: 0