· 

Test du Tamron 17-35mm F/2.8-4 Di OSD (A037)



Tamron 17-35mm F/2.8-4 Di OSD (A037)


Intro

Nous revoilà aux prises avec le grand angle... Pour moi, c'est l'objectif le plus difficile à choisir. Se pose à moi de multiples questions souvent sans réponse définitive. Dans les compromis, le choix d'un grand angle n'est pas aisé. Le premier point pour moi, c'est que ce n'est pas un objectif prioritaire dans ma pratique. Il s'agit de compléter mon parc pour étendre ma plage de focales. Mais, si il n'est pas prioritaire, il n’empêche que dans bon nombre de situations, un grand angle de bonne qualité est indispensable de manière à faire rentrer son idée dans la photo. Bien entendu, c'est souvent le manque de recul qui va orienter notre choix vers une petite focale, mais cela peut être aussi une envie de paysage très large, embrasser un panorama.

 

Alors de quoi parlons-nous si l'on parle de compromis ? Il y a le prix, c'est toujours un point primordial, surtout si c'est un objectif complémentaire... Et il y a le poids et l'encombrement... Je ne me traine pas 1 kg de plus pour quelques photos... Et si il est aussi gros que mes téléobjectifs, aurai-je la place de le loger dans mon sac déjà si plein... Et d'un autre côté, devra-t-il ouvrir à f/2.8, voire plus, devra-t-il être stabilisé ? Et finalement, quelles seront ses distorsions ou son homogénéité ? Car si il s'agit de prendre une photo de près et très large, on ne sera pas dans la situation d'un super téléobjectif où le piqué du centre est souvent bien plus important que sur les bords. Dans le cas d'un panorama, d'une photo d'architecture, le piqué sur les bords de l'image risque d'être aussi important qu'au centre !

 

Toutes ces considérations sont prises en compte par les constructeurs et cela explique aussi certainement le vaste choix qui nous est proposé au moment de l'achat ! L'arrivée, il y a quelques mois, de ce nouveau Tamron 17-35mm F/2.8-4 Di OSD (A037) nous en promettait beaucoup, du moins sur le papier ! Alors quels compromis ont été choisis lors de sa conception ? Quelles qualités en font un objectif à considérer sérieusement lors de son choix d'un grand angle ? Et finalement, à l'usage, à le tester, est-il enfin celui que je cherche depuis des années ? La réponse dans les lignes ci-dessous...

 

Il y a encore peu de tests de ce nouveau Tamron et encore moins de chiffrés ! Mes images tests seront donc comparées à nos étalons habituels dans la catégorie, en particulier le Canon EF 17-40mm f/4 L USM (test à lire ici).

Mon avis sur les caractéristiques techniques

Notre objectif sujet de ce test ne suit pas l'une des tendances actuelles, à savoir devenir gros, lourd et cher. C'est déjà un très bon point pour lui. Pour moins de 600€ neuf (et garanti 5 ans), vous avez un grand angle léger (460g) et peu encombrant (seulement 9cm de long). Pas mal dans le sac. Reste à voir si dans ces conditions tarifaires, un objectif peut tenir la route par rapport aux mastodontes de la catégorie.

 

Vous pouvez retrouver toutes ses caractéristiques chez LensTip : Tamron 17-35mm F/2.8-4 Di OSD (A037)

 

Le range :  de 17 à 35mm, il y a mieux, souvent mieux. Les Canon actuels couvrent plutôt de 16 à 35mm. Il s'agit donc du premier compromis à se satisfaire, un grand angle qui n'est pas si grand que ça... Il est clair que ce point est en grande partie responsable du faible encombrement... Si on compare au 15-30 de même marque (Tamron), on se retrouve avec un objectif de près de 15cm de long pour plus d'un kg dans le sac... Alors c'est sûr que l'angle de champ est moins grand, mais pas tant que ça. Pour vous donner une idée, à 17mm sur un 5D, il faut 5,1 images en mode paysage pour faire un 360°, à 15mm, seulement 4,8 images. (à 35mm, il en faut 8,8). Ici c'est donc aussi son utilisation qui va faire la différence. Je me permets aussi une remarque, ce 17mm monté sur un capteur plein format (FF) équivaut à un 11mm monté sur un APS-C. Nous sommes bien dans le monde du très grand-angle, mais pas tout à fait encore de l'ultra. Pour mon usage, ce ne sera pas gênant (et d'autant plus qu'il est épaulé par un fisheye), mais cela ne correspondra pas forcément à tous les besoins ou à toutes les attentes.

 

L'ouverture :  f/2,8-4, c'est donc une ouverture glissante qui nous est offerte par Tamron. C'est étonnant comme cela fait toujours un peu peur, mais l'on s'y fait très vite. Premier avantage par rapport au Canon 17-40 f/4, c'est d'avoir une ouverture f/2.8 de 17 à 19mm. En faible lumière, c'est quand même la possibilité d'une vitesse deux fois plus importante, ou d'une montée en ISO deux fois plus faible. Cela sera bien utile.

 

L'autofocus :  le système OSD de Tamron n'est pas le système USD habituellement implanté dans les objectifs Tamron depuis quelques années. Ce nouveau système est rapide, silencieux et précis. Il souffre toutefois d'un inconvénient majeur : il est solidaire de la bague de mise au point qui tourne pendant que l'AF se cale. Cela fait des années que l'on n'a pas vu cela sur un nouvel objectif... Étonnant, mais c'est certainement un choix qui a été dicté pour des raisons de tarif commercial et de poids. Moins de mécanismes... C'est un choix que l'on peut toutefois regretter !

 

La distance mini de mise au point :  28cm, on a fait mieux sur des focales fixes (voir ici le test du Sigma EX 20mm f/1.8), mais on est sur la même distance que les zooms concurrents chez Canon. Toutefois, les bokehs ne seront pas forcément le point fort de cet objectif.

 

La stabilisation :  voilà encore un gros compromis, il n'y a pas de stabilisation sur cet objectif. Alors on se rassure comme on peut en se disant que pour un grand angle c'est bien moins utile que pour un téléobjectif... En vérité, il est vrai que l'on parvient à s'en passer, mais que l'on aurait bien aimé l'avoir quand même. Mais la réalité, c'est que pour l'avoir il aurait fallu sérieusement engraisser le dispositif et alourdir la facture ! Pour s'en persuader, on peut comparer les chiffres du Canon EF 16-35mm f/4 L IS USM qui pèse plus de 600g et mesure 2 cm de plus en longueur (tout en ouvrant moins grand) et se négocie à plus de 1000€ neuf (750€ en occasion).

Mon avis sur la qualité optique

Le test d'un objectif grand angle est important au centre comme sur les bords car il va souvent servir à prendre des clichés de paysage ou d'architecture. Comme nous allons le voir ci-dessous, ce Tamron s'en sort plutôt pas mal, voire mieux.  Commençons par le domaine de la grande ouverture, le f/2.8. Nous pouvons utiliser notre objectif de 17 à 19mm. Je vous présente les photos plein format puis un crop100 au centre puis un crop100 sur le bord. Les images sont réalisées avec un boitier Canon Eos 5D mark IV.

 

 

Alors le bilan c'est que notre objectif est tout à fait exploitable dès la pleine ouverture. Cela va lui donner de suite un sacré avantage sur la concurrence ! Et non seulement, il est exploitable, mais il est même très bon, pas parfait mais très bon. Les distorsions sont présentes à 17mm mais seront corrigeables et on note une bonne homogénéité jusque sur les bords. On note aussi qu'il y a très peu d'aberrations chromatiques ou de franges violettes. Cela confortera encore un peu le sentiment d'avoir des images très piquées.

 

Comme toujours, on peut s'attendre à obtenir un meilleur piqué encore, en fermant à f/3.5 ou f/4.0. Cette fois nous pouvons prendre des clichés à 24mm et 35mm.

 

 

Une fois encore, le Tamron 17-35 fait très bonne figure avec une très bonne homogénéité sur tout son range. Nous sommes donc bien là en présence d'un zoom de très haute qualité dès les grandes ouvertures. Même si je présente les crop100 uniquement en limite de range, les autres focales ne laissent pas apparaitre d'autres faiblesse. Il reste à se placer sur une ouverture beaucoup plus petite, de celle que l'on utilisera souvent en paysage (aux alentours de f/8).

 

 

Cette fois, le piqué est vraiment très bon sur toute la photo, du centre au bord de l'image. Cet objectif va donc parfaitement remplir son rôle de grand angle. Quand on se rappelle son prix et son encombrement, on ne peut que se dire que cet objectif est vraiment très bien né !

 

Sur les deux premières photos ci-dessous, on peut se donner une idée des capacités en proxi-photo. Et bien, il ne faudra pas trop en attendre... 35mm avec une distance mini de mise au point de 28cm, cela donne un rapport de grossissement de 1:4.9, on est loin d'un objectif macro (1:1) !

 

Sur les deux suivantes, on aura une idée du bokeh max. Ici encore, on n'est pas sur le point fort de notre objectif. Toutefois, ses concurrents ne feront pas mieux, mis à part le Sigma 20mm Ex f/1.8 grâce à sa distance de mise au point ultra courte de 20cm (allié à sa grande ouverture).

 

 

Il nous reste à observer le vignetage proposé par cet objectif. Là encore, contrairement à un téléobjectif où l'on trouve parfois un avantage à avoir du vignetage, pour un grand angle, on préférera en avoir le moins possible. Notons toutefois que c'est un défaut facile à corriger sous les logiciels de développement de fichiers RAW. Comme vous pourrez le constater, ce vignetage est très visible à pleine ouverture, mais pas très intense. En fermant de 2 stops, il disparait quasiment.

 

Concluons donc cette analyse de notre Tamron 17-35mm F/2.8-4 Di OSD (A037). C'est un très bon objectif optiquement parlant. Il est très piqué et montre peu de grosses faiblesses sur toute sa plage d’utilisation. Quelque soit la focale ou l'ouverture, vous aurez de belles images. Il s'agit donc d'un parfait candidat pour prendre sa place dans mon sac en tant que complément de mon objectif standard. A chaque fois qu'on le sortira, on sait qu'on ne sacrifiera rien sur la qualité de l’image à cause d'un manque de recul !

Ces quelques photos permettent également de se donner une idée du rendu réél.

Le match contre le Canon EF 17-40mm f/4.0 L USM

Sur beanico-photo.fr, depuis son lancement, le test le plus lu est celui du Canon EF 17-40mm f/4.0 L USM (test à lire ici). C'est le concurrent direct de notre Tamron. Pourtant, des années et des années les séparent et ils sont si proches en termes de caractéristiques. Le physique d'abord : 475g contre 460g, 10cm pour 9cm... Léger avantage au Tamron. La technique ensuite : le range est très similaire, mais le Canon va un peu plus loin dans les longues focales (40mm contre 35mm) (un point pour le Canon), mais il ouvre un peu moins grand dans les petites focales (f2.8 de 17 à 19mm, donc un point pour le Tamron). Autofocus USM contre OSD, peu d'écart, mais la mise au point continue pour le Canon est un réel confort. Le prix est similaire avec avantage au Tamron en neuf et avantage au Canon en occasion. Cela risque d'évoluer car le Tamron est peu répandu pour l'instant sur le marché de l'occasion. Tout cela donne un tout petit avantage au Tamron, mais les différences sont bien faibles. C'est donc sur la qualité optique que le match va se jouer.
Attention, comme souvent, le Canon a été testé sur un 5DIII (test à lire ici) alors que le Tamron sur un 5DIV (test à lire ici) avec son capteur plus exigeant et mieux doté en pixels. Cela expliquera le sentiment de plus fort grossissement sur les crops.

 

Le test est sans appel. Victoire par KO pour le nouveau Tamron ! Allons un peu plus en détail, à 17mm (mais c'est la même chose à 19mm), à f/4.0 le Tamron est piqué, le Canon très mou (c'est ce qui ressortait du test, mais cela se confirme ici). D'autre part, sur les bords, beaucoup d’aberrations chromatiques pour le Canon, très peu pour le Tamron. Il n'y a qu'aux focales les plus longues que le Canon peut rivaliser au centre, mais pas sur les bords. Mais est-ce que l'on achète un grand angle pour l'utiliser à 35mm ? En clair, les années pèsent sur le Canon et n'oublions pas non plus que le Tamron se permet en plus d'ouvrir plus grand dans un encombrement un tout petit peu moindre. Il n'y a donc pas match ! Quand on sait la réputation de ce 17-40 en terme de rapport qualité / prix, on se dit que notre petit Tamron a tout un marché à prendre !

 

A ce stade, il me parait également intéressant de le comparer aussi à la focale fixe Sigma Ex 20mm que j'ai beaucoup appréciée (lire le test ici). Il n'y a aura pas plus de match, c'est le Tamron qui en sort vainqueur avec les mêmes conclusions que ci-dessus, meilleur piqué à grande ouverture et meilleure homogénéité générale.

 

 

Mon avis sur le terrain

Nous voilà donc sur le terrain armé d'un grand angle de super qualité et de faible encombrement. C'est donc du bonheur... Et oui ça l'est. Aucun soucis de qualité d'image et un range intéressant. A l'usage, lors de visites de châteaux, je le trouve vraiment adapté. Le 17mm est parfait pour le manque de recul et à 35mm on peut aller jusqu'au portrait. Bon, cela ne fait pas tout, mais avec un petit télé dans la poche, on parvient quasiment à se sortir de toutes les situations. Le rendu est très qualitatif. Il reste cette bague qui tourne et sur laquelle on a souvent le doigt. On peste un peu, mais on finit par s'y habituer. Il manque aussi la stabilisation, mais à f/2.8 et 17mm, on n'aura pas trop de mal à avoir une image nette si l'on a la chance d'avoir un boitier qui monte bien dans les ISO.
A noter que cet objectif est compatible avec le Dock de microréglage USB de la marque. Bien que ce n'est pas indispensable, j'ai ainsi pu régler finement et décaler un peu vers l'arrière (comme je le fais souvent) le point de mise au point.
Comme sur tous les derniers Tamron, le bouton AF/MF est trop saillant et change facilement de position dans le sac. C'est moins gênant qu'un bouton de stabilisation, car l'AF, on s'aperçoit de suite qu'il n'est pas actif. Le dernier point c'est le pare-soleil livré avec. Il est très léger et ajouré, mais il arrive qu'il passe à travers la lentille et on se retrouve avec un pare-soleil en travers sur le fût. C'est bien le premier objectif qui me fait ça. Alors on fait attention... D'autre part, il est relativement large et ajoute sérieusement à la place nécessaire dans le sac. Ce sont de petits défauts et il faut vivre avec, quand on a un tel objectif pour 500€, on ne peut pas non plus demander la perfection... Si ? Non, pas moi...
A l'usage, il y a aussi un autre détail qui me chagrine et avec lequel je dois composer. Je dématrice mes fichiers RAW sur DXO Photolab, et cet objectif discret n'est pas pris en charge par DXO. C'est assez rare pour le signaler. J'espérais que cela viendrait vite, mais plusieurs mois après, ce n'est toujours pas le cas. C'est embêtant car le vignetage et les distorsions ne sont pas corrigés par les modules automatiques. Quand on a un excellent objectif comme celui-ci, c'est tout de même une faute de la part de DXO d'être passé pour l'instant à côté... Mais cela n'est finalement que le reflet de l'indifférence dans laquelle est sorti ce caillou. Pour ce point, Tamron n'a peut-être pas non plus assez investi en communication !
Si vous souhaitez aller plus loin dans cette mise sur le terrain. Vous pouvez aller consulter le carnet de voyage "Lot et Dordogne" où ce Tamron a été très largement utilisé lors des visites.

Ma conclusion

Comment conclure un tel test ? D'abord je suis extrêmement satisfait d'avoir pu trouver ce nouvel objectif signé par Tamron. Pour l'instant, il est plutôt passé à travers les tests des grands sites. Il n'est pas référencé par DXO... Bref, beaucoup de photographes sont passés à côté de l'information de cette sortie. Pourtant, c'est un sacré petit objectif. Il n'a pas la prétention des grandes lignées sur le papier. D'ailleurs, il n'est pas assez cher pour que l'on s'y intéresse... Il faut arrêter les préjugés ! Son prix a été obtenu en sacrifiant la bague de mise au point permanente et la stabilisation, mais certainement pas en sacrifiant la qualité optique !
Il a donc trouvé fort légitimement sa place dans mon sac ! Qui viendra l'en déloger ? Pour l'instant, je ne vois pas de candidat. Seul le Canon 16-35 F/4 IS L USM me semble être possiblement meilleur, mais il est plus cher (1000€), plus lourd, plus gros et ouvre un peu moins... Cela fait tout de même de solides arguments pour un objectif que je considère comme secondaire dans mon équipement ! Comme toujours, tous les photographes ne feront pas obligatoirement le même choix que moi, mais chacun devrait sérieusement se pencher sur le cas de ce Tamron quand il est à la recherche d'un zoom grand angle !

Quelques photos prises avec le Tamron SP 90mm F/2.8 Di Macro 1:1 VC USD (F017)


pour résumer...


le Tamron 17-35mm F/2.8-4 Di OSD (A037)

 

Ce que j'ai adoré

- l'encombrement et le poids

- le piqué d'image

 

Ce qui est bien

- le prix en neuf avec la garantie 5 ans

- l'autofocus

 

   

Ce que j'ai détesté

- la bague de mise au point qui tourne

 

 

Ce qui pourrait être mieux

- le bouton AF/MF

- la distance mini  de mise au point

 



Ces tests peuvent aussi vous intéresser

 

 

 

 

Test du Canon EF 17-40 mm f/4.0 L USM

Test de l'objectif Canon EF 17-40 mm f/4.0L USM. L'avis de Béanico.

 

 

Test du Sigma A 24-105 mm f/4 DG OS HSM

Test de l'objectif Sigma 24-105 A f/4 DG OS HSM en monture Canon EF. L'avis de Béanico.

 

Test du Sigma 20 mm f/1.8 EX DG Asphérical RF

Test de l'objectif Sigma 20 mm f/1.8 EX DG Asphérical RF. L'avis de Béanico.


Écrire commentaire

Commentaires: 8
  • #1

    Alex (dimanche, 24 février 2019 18:39)

    Salut Beanico,
    En passant sur pixelistes j'ai vu le lien de ton test ;) je t'avais parlé du 70-210 f/4 de Tamron sur l'article du f/4L, il complète le 17-35 f/2.8-4 en voyage ;) . Il a été testé récemment par lenstip, ça y est, ou tu as aussi le site ephotozine qui fait des tests chiffrés qui l'a testé il y a un moment. A priori les 2 tests sont d'accord que la faiblesse se situe à f/4 à 35mm, mais en pratique ça ne se verra qu'en gros agrandissement.
    J'utilise ce 17-35 en voyage, il remplace mon ancien combo 14-24 et 24-70 f/2.8 lol. Le 14-24 était trop peu utilisé justement pour trimballer 1Kg, comme toi, et avec le 24-70 je shootais principalement entre 24 et 35mm donc un 16-35 me semblait plus adapté mais le Nikon comme le Canon est relativement cher et encore assez lourd et encombrant, ce 17-35 est le seul objectif que j'ai acheté dès sa sortie sans aucun test tellement il me convient. En revanche, je n'ai jamais eu ce souci du switch qui accroche ni même avec les autres Tamron que j'ai, peut-être une question de sac?
    Effectivement on sent bien que cet objectif a été conçu pour un usage simple en voyage sans prise de tête, pas de stab, pas de reprise du point, même pas d'échelle de distance d'ailleurs. Combiné au 70-210 f/4 avec un petit 50mm au milieu, ça fait un sac assez léger pour les balades tout en restant polyvalent avec de la qualité et des ouvertures relativement généreuses (en APS-C Fuji on est presque aussi lourd avec leurs 10-24 f/4 et 40-150 f/2.8, comme quoi on peut s'équiper léger en FF si on ne se persuade pas qu'il faut les derniers f/2.8 pros de + d'1Kg lol).
    Tamron va sortir un 35-150 f/2.8-4 dans 3-4 mois, qui devrait encore mieux compléter ce 17-35. Un peu embêté car il aura des arguments face au 70-210, il sera certainement plus léger et surtout moins encombrant (conception à allonge) quand le 70-210 est proche d'un f/2.8 sur ce point, avec une distance mini de MaP de 45cm face au 95 du 70-210...mais on va arrêter de collectionner les objectifs, hein! :p
    Pour DxO, je pense qu'il se passe quelque chose dans la société, plus aucun boitier n'a été testé depuis 1 an, et le Tamron 70-210 f/4 qui est encore plus vieux que le 17-35 n'a pas de module non plus (j'utilise aussi DxO donc j'ai aussi remarqué ça tout de suite, d'ailleurs quand on essaye de suggérer des modules optiques la page est en maintenance depuis plusieurs mois et alors qu'avant on avait la liste des objectifs avec des prévisions de sorties de modules maintenant il n'y a plus qu'une liste de boitier supportés).

  • #2

    Beanico (dimanche, 24 février 2019 20:39)

    Oui, j'ai fait comme toi, je l'ai acheté dès sa sortie... Il était trop prometteur, et pas de regrets ! Pour Lenstip, oui je viens de voir leur test aussi, pour une fois que je suis en avance sur eux... Un 35-150, c'esr sûr que cela va aussi être attirant comme range (avec une bonne ouverture et la stabilisation... On verra le tarif.... Pour les boutons, je ne suis pas le seul à m'en plaindre, mais c'est évident que cela dépend de son sac. Les miens sont très serrés...

  • #3

    Alex (dimanche, 24 février 2019 21:27)

    Pas de regret non plus, juste oui DxO qui ne propose toujours pas de module et j'ai peur que ça mette encore un peu de temps.
    Tamron est plutôt cohérent, le 35-150 devrait être 8-900€ à la sortie et vite descendre sous les 800 mais c'est une estimation perso ^^. Il devrait également ravir les utilisateurs APS-C qui sont obligés de se taper des 55-200 f/4-5.6 ou des 70-200 FF pour avoir ce type de range, seuls Sigma et Tokina ont fait des 50-150 f/2.8 pour APS-C qu'ils ne fabriquent plus et qui étaient quand même gros et lourds (50-100 f/1.8 de Sigma aussi, mais pas la même exigence).

  • #4

    Alex (mercredi, 15 mai 2019 17:24)

    Re Beanico,

    est-ce que tu as comme moi avec ce 17-35 de drôles de résultats sur les lumières en soirée? Je ne sais pas si je peux mettre en lien des exemples avec un hébergeur mais si oui https://wetransfer.com/downloads/5b9e0796a490b76a51f0d04514c3433920190515152223/5f5cdc4053453ba5df932f0803f2a71220190515152223/3e003a. Avant de contacter Tamron pour rien je préfère savoir si c'est un comportement normal ou si c'est mon exemplaire.

  • #5

    Beanico (mercredi, 15 mai 2019 18:09)

    Bonjour, j'ai bien pu voir les photos et c'est vrai que tu as un halo disymétrique. Je ne peux pas omparer car le ponte Vecchio, moi je l'ai fait de jour... Plus sérieusement, je n'ai pas dû faire de photos de nuit dehors avec le 17-35 encore. Par contre, je l'ai utilisé en soirée avec des spots sur piste de danse et je n'ai pas ce genre de comportement. A l'occasion, je ne manquerait pas de shooter des lampadaires en perspective pour voir si je reproduis cela ou pas. En attendant, tu peux toujours contacter Tamron, cela permettra peut-être aussi d'avancer.

  • #6

    Alex (mercredi, 15 mai 2019 22:20)

    Merci ;), c'est la même chose avec toutes les sources de lumières de ce genre et il n'y avait aucun filtre sur l'objectif et je suis parti avec un D750 que j'avais acheté peu de temps avant donc ça aurait pu venir de lui mais les 3 autres objectifs que j'ai emmené me font des étoiles classiques, dans l'absolu ça donne un style lol mais si c'est un dysfonctionnement de mon exemplaire et que ça amène d'autres défauts vaut mieux éviter. J'ai contacté Tamron, j'attends leur réponse.

  • #7

    Alex (mercredi, 05 juin 2019 20:58)

    En attendant, il a enfin son module optique dans DxO, il était temps ^^. Pour le 35-150 j'avais dit que Tamron serait cohérent entre 800 et 900€, il est à 899 lol. Tamron m'a finalement répondu pour les sunstars et m'a demandé de le renvoyer au SAV mais j'ai un petit voyage prévu dans quelques jours et il va m'y accompagner donc je m'en occuperai après pour éviter de me retrouver sans 17-35 le jour J, je te ferai un retour pour confirmer si c'est mon exemplaire ou la conception qui provoque ces halos..

  • #8

    Beanico (mercredi, 05 juin 2019 22:08)

    Merci de l'info, le module apparait effectivement dans la liste de DXO, enfin ! Bon voyage.